Le rôle de l’intelligence artificielle dans les entreprises

Intelligence artificielle et les entreprises

Quel est l’impact de la révolution technologique sur les emplois dans les entreprises ? En effet, l’intelligence artificielle vient prospecter de nouvelles formes de travail dans les entreprises. Tout être humain doit réfléchir sur la problématique de ces systèmes informatiques parce que l’intelligence artificielle, avec ses applications très avancées, suscite des interrogations sérieuses sur le futur du monde du travail.

Tous les métiers, toutes les directions, particulièrement les ressources humaines en seront donc affectées.

L’IA est loin d’être une pure imagination de l’esprit, elle bat pleinement des cartes actuellement. Elle est plus concrète, réaliste et palpable grâce à des développements rapides et époustouflants.

L’intelligence artificielle au cœur des métiers dans les entreprises

Depuis quelques années, la plupart d’entreprises traditionnelles investissent pour augmenter leurs capacités technologiques avec le Big data de l’intelligence artificielle. Cela vise à accroître la productivité.

Des chercheurs ont mis en place des logiciels pour permettre aux structures de productions d’être plus compétitives. C’est l’exemple parfait d’Axa Global qui, par son système Data Innovation Lab, a mis au point un développement digne de la nouvelle génération de métiers.

Pour élaborer un modèle d’affaires et de croissance adéquat, les géants de l’internet comme les NATU (Netflix, Amazon, Tesla, Uber) ont inventé l’application ab initio, un logiciel qui impactera certainement la compétitivité en matière de production.

Peut-on parler par exemple de Netflix, Amazone, Uber et autres sans évoquer leurs algorithmes de profilage de recommandation de contenus, des visiteurs, d’optimisation de l’expérience utilisateur ou de prédiction de tendance ? Ces géants du numérique ont en tout cas besoin de s’affirmer en proposant des technologies intelligentes pour permettre aux entreprises d’être compétitives en matière de production.

Il faut croire que l’utilisation de ces technologies menace presque la survie d’acteur de l’assurance ou de l’institution bancaire. Il faut cependant reconnaitre que pour le moment l’existence et la bonne santé des organisations ne sont pas forcément liées aux niveaux d’investissement en matière d’IA, ni au niveau de la qualité des stratégies arrêtées. Ce n’est pas l’unique solution qui leur procure la croissance et la viabilité du modèle économique pour les entreprises traditionnelles.

Certaines entreprises pourraient confondre l’intelligence artificielle aux autres technologies, c’est-à-dire celles qui encouragent la rentabilité par la baisse des charges ou l’optimisation des process, sans toute fois nier le modèle économique déjà en place.

Les chercheurs dans le domaine de l’IA ont des opportunités pour créer des stratégies et s’adapter au monde économique en même temps qu’aux besoins des diverses entreprises. C’est à partir de ces raisonnements que les stratégies arrêtées conduisent à l’expérimentation des technologies mises au point.

Ces applications testées et jugées satisfaisantes pourraient séduire certaines entreprises dans quelques années. D’éventuels obstacles se justifieraient par le fait que leur mise en pratique prenne du temps. Cette vision à long termes pose deux problèmes majeurs. Le premier est l’impossibilité d’une construction rapide de machine complexe alors que la technologie évolue constamment. Le second est l’incapacité de l’application à générer les revenus importants à part les gains de productivité liée à l’automatisation.

L’idéal est de tester tous les modèles d’algorithmes afin que les valeurs générées soient connues par l’ensemble des organisations. Il faut qu’ils soient transitoires pour mieux asseoir des ambitions un peu plus larges. Pour le moment, l’IA ne peut pas répondre à toutes ces promesses. Pire, des ambitions mal évaluées pourraient jouer contre la compétitivité et la performance de l’application.

IA : permet l’économie d’échelle et facilite le travail

Il est important de savoir que l’action de l’intelligence artificielle consiste à stimuler la croissance par le canal des économies d’échelle et des technologies nouvelles. Il vaut mieux alors que les entreprises traditionnelles optent pour une stratégie ambitieuse à long termes, susceptible d’éviter aux éventuels autres acteurs d’agir. La technologie doit progresser de manière à tirer des leçons sur celles des géants du numérique en matière de logiciel intelligent.

L’intégration de l’IA dans tous les domaines de l’entreprise est la plus importante, à part le niveau d’investissement financier. Ainsi l’intelligence artificielle n’est pas une simple innovation, mais une commodité capable de permettre de repousser les limites et de booster sa taille sur le marché. Elle offre des services de meilleure qualité pour la satisfaction des clients.

Citons des exemples : Amazon ou Netflix n’a pas besoin de Chief Data Officer (CDO) pour apporter un système d’intelligence artificielle à un programme déjà opérationnel. Pour le moment, les recherches n’ont pas encore atteint la vitesse de croisière analytique dans les entreprises dites traditionnelles, cependant il faut poursuivre la vision et la stratégie pour apporter un avenir meilleur.

Il faut en plus insister sur le management d’algorithmes pour mettre un accent particulier sur le développement, la centralisation et la diffusion à plus de personnes des systèmes dans les entreprises.

Il est éventuellement nécessaire de ne pas s’éterniser sur l’expérimentation perpétuelle des technologies, pour éviter les obstacles ou blocages à l’adoption et à l’utilisation de ces applications. Même s’il est rare qu’un algorithme ne soit pas diffusé ou adapté aux métiers, il faut néanmoins le faire largement connaitre.

On peut trouver un logiciel développé plusieurs fois avec différentes équipes. Centraliser les connaissances sur ces produits numériques aura absolument un impact le ROI de ces projets intelligents.

Si vous voulez évaluer le retour sur investissement (ROI) d’un projet avec plus de précision, il faut qu’objectivement ces nouvelles fonctionnalités intelligentes permettent de construire des changements qui consolident le leadership d’une entreprise.

Améliorer l’exposition et la simplicité est la meilleure solution pour intégrer les applications au cœur de services des entités de production. Cela va permettre à l’algorithme de produire de la valeur qui aura une chance d’être déployée au centre des équipes opérationnelles afin d’être largement utilisée par tous les services de l’entreprise.

C’est pour cela qu’il y a des outils complémentaires indispensables comme les plateformes IA (In vivo par exemple) mises au point par presque tous les géants du numérique. Cela va faciliter une intégration parfaite et transverse de l’algorithme. Cette plateforme va permettre le déploiement et le suivi du niveau d’utilisation de ce logiciel d’IA. C’est une solution de marketplace interne qui introduit naturellement les systèmes intelligents dans le plan d’affaire de l’entreprise.

Les applications intelligentes provoquent la crainte de bon nombre de travailleurs. Chacun se demande si l’intelligence artificielle n’a pas pour ambition de remplacer l’humain dans le monde du travail. Les travailleurs sont-ils vraiment condamnés au chômage ? Ou alors l’IA est-elle arrivée au bon moment comme appui au manœuvre ?

Intelligence artificielle ou l’apocalypse du travail ?

Pendant que le monde est assailli par des problèmes de tout genre à savoir plus de 1,6 milliard de personnes sous le seuil de la pauvreté, 780 millions d’adultes analphabètes, les adultes morts de désespoirs dans le monde… les hommes sur la planète vivent quotidiennement ces sinistres. A ces difficultés s’ajoutent les milliers de sans emploi dans chaque pays du monde.

Au moment où des groupes à revenu élevé se développent, le creuset entre eux et les populations à faible revenu et autres groupes minoritaires devient important. Toutes ces difficultés qui minent la société interpellent les scientifiques et demandent de solutions concrètes et non des logiciels ou applications qui menacent les emplois.

Le rôle de l’intelligence artificielle devrait être de trouver les applications qui créent plus d’emplois pour permettre à de nombreuses personnes actives d’être employées dans des entreprises.

Pour certains penseurs, les nouvelles fonctionnalités de l’intelligence artificielle sont susceptibles de détruire massivement les emplois surtout ceux occupés par les classes moyennes et cela va accroître les inégalités sociales. En effet les formes de programmation actuelle intensifient les innovations grâce aux algorithmes qui permettent de fabriquer des robots intelligents, des voitures autonomes et autres. C’est pourquoi toujours selon ces analystes, cette technologie ne rassure pas le monde du travail.

Les scientifiques justifient l’invention de ces logiciels intelligents par le fait que le cerveau humain est certes un des objets les plus complexes de l’univers. Mais il n’est pas suffisamment intelligent pour analyser de données en masse et exécuter des tâches aussi rapidement qu’une machine. Des écrivains de best-seller de science-fiction ont d’ailleurs prédit qu’un jour l’homme inventera des machines qui vont le combattre.

Il faut retenir que les technologies liées à l’intelligence artificielle constituent un énorme potentiel. Même si au départ il était difficile de percevoir les impacts de l’IA, aujourd’hui avec les récentes percées, tout le monde se rend compte des avancées positives de ses gammes variées d’applications perceptibles depuis les transports jusqu’à l’éducation, sans oublier les médicaments dans le domaine de la santé. En utilisant de manière consciencieuse les logiciels d’IA, nous acceptons d’augmenter nos capacités de calcul et cela est d’une aide capitale pour tout le monde et pour les personnes vulnérables.

L’intelligence artificielle peut par exemple suggérer des solutions intéressantes dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique. Ainsi ces méthodes peuvent s’avérer efficaces pour la réduction de la consommation d’énergie et les émissions de dioxyde de carbone. Un coup d’œil sur les diverses activités polluant l’atmosphère peut interpeller chacun à utiliser les applications intelligentes pour sauver des vies humaines. Avec elles, les entreprises peuvent accroître leur productivité en minimisant les déchets alimentaires.

Bien entendu, les améliorations technologiques poussent les travailleurs à se demander si elles n’impliquent pas le renoncement de tous les emplois ou la plupart des meilleurs postes ? Mais pour le moment, la situation n’est pas alarmante, donc l’apocalypse du travail ne peut pas avoir lieu pour l’instant : pourquoi ?

Cela est vrai parce que selon le paradoxe de l’informaticien Hans Moravec, des choses très simples pour l’humain sont parfois difficiles pour l’intelligence artificielle. A l’opposé ce que l’IA trouve facile à exécuter semble difficile pour l’homme.

Tout être humain est capable de marcher, de manipuler des objets et de comprendre le langage complexe dès un âge précoce. On peut même être surpris de se voir effectuer des quantités de calcul ou fournir une énergie nécessaire pour exécuter des tâches.

Une machine intelligente, quant à elle, est capable de faire des calculs mathématiques qui de loin dépassent les capacités d’un être humain. Cependant, une machine à beau être intelligente, elle ne peut pas monter des marches d’escalier, ouvrir une porte ou tourner une vanne. Elle ne peut également shooter dans un ballon de football, et pourtant ce sont des tâches que l’homme exécute sans difficultés.

C’est pourquoi l’humain est indispensable sauf situation exceptionnelle. En fait, il est vrai que les algorithmes des machines s’adaptent mieux aux structures et régularités de l’ensemble des données. C’est le cas par exemple pour trouver des objets dans les vidéos sur YouTube ou repérer des fraudes par carte de crédit. Mais ces techniques peuvent comporter des défaillances surtout lorsque les données sont insuffisantes ou présentent des points obscures.

L’intervention de l’humain s’avère nécessaire dans ces cas et même indispensable grâce à son expérience, à son intuition et sa conscience sociale. Les algorithmes les plus intelligents ne peuvent donner d’explications au plan d’action particulier de l’être humain.

De même pour des interprétations complexes dans des applications médicales, on a toujours besoin d’un médecin humain pour prendre les décisions.

En général, l’intelligence artificielle va prendre du temps pour que ses technologies soient totalement intégrées dans les habitudes des entreprises. D’ici quelques années, le taux d’investissement pour l’acquisition des applications intelligentes va s’accroître parce que les méthodes de travail vont changer positivement. De ce fait, les emplois de demain seront bien différents de ceux d’aujourd’hui ou d’autrefois.

Pour l’instant, de nouveaux procédés informatiques sont au laboratoire avant d’être destinés au grand public. Ils demandent du temps pour intégrer l’économie pleinement. les domaines consommateurs de données en masse comme les médias numériques et le commerce en ligne sont pour le moment les plus grands gagnants de ces technologies.

Les autres secteurs comme la médecine, l’éducation, formation, sécurité, défense et le transport ont eux-aussi emboîté le pas. C’est ainsi que la médecine par exemple est devenue performante dans ses prestations grâce aux logiciels permettant des diagnostics précis, rapides et efficaces. Depuis quelques années, certains patients guérissent des affections presque difficiles à traiter par la seule intelligence humaine.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *